Catégories
Réseau informatique, câblage

Solution de reprise après sinistre dans le Cloud à la suite d’un arrêt informatique

L’industrie de l’informatique fonctionne à un rythme qui exige la continuité des activités comme clé de la réussite.

C’est pourquoi il faut courir pour une exécution continue.

Donc, pour rattraper les demandes commerciales en forte croissance, courir pour une exécution continue est le besoin de l’heure. À ce stade, les temps d’arrêt de l’informatique, soit à la suite d’une défaillance interne, soit à la suite d’un incident naturel inattendu, restent une préoccupation majeure pour de nombreuses entreprises.

La continuité de l’activité est un élément clé de la réussite.

Que signifie un temps d’arrêt informatique pour une organisation ?

Les temps d’arrêt informatiques coûtent aux entreprises la somme énorme de 5600 euros par minute, ce qui équivaut à environ 300K euros par heure. Gartner précise qu’il s’agit d’une moyenne et que les chiffres varient en fonction des caractéristiques de l’entreprise et de l’environnement. L’étude indique des pertes de l’ordre de 140K-540K euros par heure en moyenne.

Il s’agit d’une moyenne.

En regardant ces chiffres, on peut mesurer l’ampleur des pertes qu’un incident inattendu peut causer à une organisation sur de multiples fronts.

L’étude indique des pertes dans la mesure de 140K-540K euros par heure en moyenne.

Un temps d’arrêt informatique interrompt

  • Les services de l’entreprise aux clients, nuisant au facteur de satisfaction des clients pour l’entreprise
  • Le fonctionnement interne, car les applications, les bases de données et les infrastructures connexes sont mises hors service
  • La continuité des activités frappe la réputation de l’entreprise en termes de fiabilité et de compétence technique

Ces défis peuvent être le résultat de

  • Défaillance du centre de données
  • Délai dans le redémarrage du serveur
  • Serveurs surchargés
  • Défaillance de la base de données à la suite d’une partition réseau incorrecte
  • Une alimentation électrique perturbée

Des scénarios en temps réel montrent

  • Une panne de sapin à l’emplacement du serveur a causé à Delta Airlines une perte de revenus de 100 millions euros
  • GitHub a dû subir de longs temps d’arrêt en raison de défaillances de la base de données
  • La perturbation causée par une erreur manuelle avait touché les systèmes informatiques de British Airways, causant à la compagnie une perte énorme, interrompant environ 750 000 passagers, 400 vols et une perte de revenus de 100 millions euros

Liste non exhaustive ! Il y en a beaucoup d’autres de ce type, signalés ou non.

Le secteur présente une solution unique pour tous ces défis, c’est-à-dire la reprise après sinistre.

La reprise après sinistre comme solution

Bien qu’il existe une option « Sauvegarde « pour éviter la perte de données, elle présente certaines limites par rapport à la reprise après sinistre (DR). Les sauvegardes réduisent le risque de perte de données. Alors qu’une infrastructure de DR permet d’éviter complètement les temps d’arrêt.

De nombreux DSI souhaitent que des systèmes de reprise après sinistre (DR) fonctionnent dans leur environnement d’exploitation et l’aspect clé qu’ils prennent en compte dans la stratégie de DR est la différence de « capacité de reprise « sur site et dans un environnement d’hébergement externalisé.

L’absence de capacités de reprise sur site est un facteur important.

Le manque d’incapacité à fournir les centres de données distants requis, l’expertise connexe et les systèmes logiciels/matériels de récupération pousse la majorité des entreprises à se tourner vers les services gérés ou l’infrastructure en nuage comme options fiables et rentables pour la stratégie de DR.

La stratégie de DR basée sur le nuage est un élément clé de la stratégie de DR.

serveur informatique

La DR basée sur le cloud pour les défis liés aux temps d’arrêt de l’informatique

Un rapport de Forrester a montré que 66 % des personnes interrogées dans le cadre de son enquête ont déclaré que la DR était leur principale priorité commerciale. Alors que certains ont opté pour un service de DR sur site ou traditionnel, les autres ont décidé d’opter pour la reprise après sinistre en tant que service (DRaaS) basée sur le cloud.

Le rapport a noté une augmentation substantielle de la demande de services DRaaS basés sur le cloud (23 % d’augmentation depuis 2016), et les projections sont devenues réelles montrant une tendance positive plus loin.

Les nouvelles avancées en matière de cloud computing ont permis d’améliorer la qualité des services de DRaaS.

Les nouvelles avancées du cloud ont commencé à offrir des solutions rentables aux entreprises !

Remplaçant la nécessité du site distant, le DRaaS basé sur le cloud a favorisé l’utilisation de l’infrastructure physique et virtuelle et a mis en place des liaisons de données à haut débit dédiées, ainsi que des licences redondantes de systèmes d’exploitation et d’applications.

Les rapports ont prouvé que la combinaison de la méthodologie du cloud et d’un logiciel de gestion des DR a fonctionné efficacement pour assurer la continuité des activités et une valeur élevée pour un faible investissement.

Des progrès supplémentaires dans le DRaaS ont ajouté à la puissance du cloud, permettant aux entreprises d’exécuter même des systèmes de production informatique hybrides à travers leurs centres de données pour les opérations normales et aussi de créer des répliques de ces mêmes systèmes en cas de besoin. Le modèle de DR en nuage hybride a éliminé le besoin de sites de DR secondaires, parallèlement à la fourniture d’offres de valeur traditionnelles et à l’extension des solutions même aux sites distants.

La DR en nuage a fait une différence majeure en minimisant les coûts encourus sur les objectifs clés de la DR : Objectif de point de reprise (RPO) et Objectif de temps de reprise (RTO), qui étaient autrefois associés à d’énormes investissements dans l’infrastructure de réseau et de serveur.

En quoi la reprise après sinistre dans le cloud est-elle différente ?

La flexibilité, la rentabilité et la haute fiabilité des serveurs cloud par rapport aux serveurs physiques font de la reprise après sinistre basée sur le cloud une solution viable pour toute entreprise. La récupération après sinistre utilisant des serveurs physiques pourrait conduire à une redondance créant le besoin de plusieurs serveurs compatibles qui demandent également des coûts de maintenance supplémentaires.

Alors que la plateforme cloud fonctionne autrement avec l’aide de machines virtuelles et synchronise les données de manière plus rapide. Avec tous les logiciels et les données prérequis installés, un serveur cloud ne prend pratiquement pas de temps de spin-up, évitant ainsi l’urgence pour la DR jusqu’à ce qu’elle soit nécessaire.

La solution cloud DR offre un temps de réponse très rapide aux incidents inattendus. Grâce au choix de l’automatisation de la DR qui réduit le temps de basculement et de déploiement de l’infrastructure !

Cependant, il est important de soumettre l’infrastructure DR à des tests réguliers pour s’assurer qu’elle ne sera pas compromise lors d’incidents inattendus. Et, c’est ici que l’automatisation joue un rôle vital en facilitant l’exécution des tests à intervalles réguliers.

En outre, une plateforme de DR en nuage gérée supprime la nécessité de construire, de configurer et de tester les couches d’infrastructure physique et virtuelle, car vous avez des fournisseurs sur place pour le faire !

Quoi de plus ? Obtenez une solution de reprise après sinistre basée sur le cloud pour faire face à des temps d’arrêt informatiques inattendus sans problème !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *